Navigation

Almanach

23 janvier 1734, naissance de Jean-Pierre Papon, "historiographe de la Provence"

Jean-Pierre Papon voit le jour à Puget-Théniers le 23 janvier 1734. Après ses premières études faites à Nice, puis Turin pour apprendre la philosophie, il rentre dans la congrégation de l’Oratoire à Aix-en-Provence à l’âge de 18 ans en 1752. Il devient enseignant  successivement à Marseille, Riom, Nantes et Lyon…et  c’est durant cette période qu’il rédige  « L’art du poète et de l’orateur » qui sera réédité cinq fois jusqu’en 1811.

En 1780, il remplit avec succès une mission diplomatique à Turin avant d’être nommé conservateur de la bibliothèque de Marseille. Il y achève son œuvre débuté dans les années 1770 : « l'Histoire Générale de Provence » en quatre volumes. La protection qu’il acquiert du Comte de Provence, frère de Louis XVI, lui permet de réaliser de cette somme monumentale et l’un des premiers guide de découverte touristique : le « Voyage littéraire en Provence ». Il quitte l’Oratoire en 1784 et réside à Paris. La Révolution le prive des fruits de ses travaux et des bienfaits qu'il tenait de l'Ancien Régime. Il se réfugie dans le Puy-de-Dôme après les massacres de septembre 1792, et ne revint dans la capitale que du temps du Directoire. Il mettait la dernière main à l'Histoire de la Révolution qui va jusqu'au 18 brumaire (8 novembre), lorsque le 15 janvier 1803 une attaque d'apoplexie l'enlève subitement aux lettres et à ses amis.  Cet ouvrage sera publié par son frère Sylvestre-Antoine également oratorien auquel on doit le « Voyage dans les Alpes-Maritimes » publié en 1804.

 
 
 

Musée du Cuivre
Du mercredi 17 avril 2013 au mercredi 30 septembre 2020

Musée du Cuivre
Maison de la mine - Hameau de Léouvé
06260
La Croix-sur-Roudoule
Alpes-Maritimes

Informations pratiques

Horaire de visite : renseignements 04 93 05 14 64

 

Les années 1860 à 1875 représentent l'âge d'or des recherches minières dans le département des Alpes-Maritimes. Durant cette période, au Nord-Ouest du département des hommes ont activement prospecté le sous-sol, faisant de l'exploitation du Cerisier, l'un des plus importants centres miniers de la Région.

Situé sur la commune de La Croix-sur-Roudoule, dans le bâtiment de la Maison de la Mine, le Musée du Cuivre évoque cette ancienne exploitation des mines du Cerisier de 1860 à 1886.

Un diaporama permet un parcours en photographies dans les anciennes galeries de la mine, d'autant plus intéressant que ces galeries, non accessibles sont effondrées. (l'accès des galeries est interdit par Arrêté Municipal du 12 avril 1995.)

L'exploitation minière y est présentée à travers des objets, outils et produits issus du traitement du minerai, des cartes et tableaux géologiques, des illustrations sur la vie de la mine et le transport du minerai.

On trouve également des objets en cuivre (alambic, chaudrons...) et des reproductions de pièces significatives de l'âge du Bronze découvertes dans le Sud Est de la France) ainsi que des minéraux de cuivre.

Située à proximité immédiate des lieux d'extraction et des vestiges liés au traitement du minerai, c'est un lieu de départ idéal pour découvrir la cheminée du demi-haut fourneau ou les terrils le long de l'ancienne piste d'exploitation. Les plus téméraires peuvent remonter le lit du torrent de la Roudoule, quand les conditions météorologiques s'y prêtent et que l'orage ne gronde pas pour découvrir les vestiges du barrage.