Navigation

Almanach

Pas d'évènement à visualiser
 
 
 

Roudoule distille mercredi 22 juillet 2020

Roudoule distille
Ferme de Bertrik
Route d'Auvare
06260
Puget-Rostang
Alpes-Maritimes

Informations pratiques

Roudoule distille

Mercredi 22 juillet 2020 à partir de 10h30


Rendez-vous à la ferme de Bertrik à Puget-Rostang

Une  matinée de Savoir-faire

  • distillation de la lavande vraie  (Lavandula Vera)    découverte « agriculturelle » de la ferme de Bertrik
  • Un repas en vert et mauve : Pâtes à la sauce de menthe et dessert à la lavande maison sur Réservation

 Une après-midi de connaissance

  • 14h30 Rencontre avec un apiculteur : Jorris Van  Bergen  
  • 16h00 Visite guidée de la nouvelle exposition de l’Ecomusée  « L’appel de la Sylve

 Toute la journée

Animation pour enfants : jeux olfactifs et jeu roudoulencs (jeux en bois de plein air) et découverte des créations des artistes de la Société de Distribution du Sensible en résidence à la ferme.

 Exposition en plein air : des Plantes et des hommes dans le Mercantour.

 

La cueillette de la lavande

Le pelage de l’herbe de lavande (lavandula vera) sur les terrains communaux autour du dôme de Barrot et du plateau de Dina était une activité rentable entre les périodes de la moisson et du foulage. A Auvare, le droit d’exploitation donnait lieu à une vente aux enchères, qui fut gagné en 1905 pour 9 années consécutives par Casimir Magalon, maréchal-ferrant et distillateur à Rigaud.
La cueillette pouvait être faite par des enfants ou des adultes cherchant un complément d’activité pour le compte des distillateurs.
Les prix variaient en fonction de la taille des terrains communaux, mais pour information dans la décennie 1870, mentionnons que la mise à prix  lors de l’adjudication des fleurs de lavande et d’absinthe est de cinq francs à Beuil. A Illonse la redevance annuelle s’élève à 15 francs, 50 francs à Belvédère, 500 francs à la Bolline.

Les cahiers des charges de la Bolline et Belvédère nous informent le mode d’exploitation. La récolte est faite à la faucille, avec défense d’arracher les plantes. Le fermier doit employer des ouvriers de la localité. Les secteurs reboisés sont préservés. La coupe de ces zones doit être confiée à des adultes. Le personnel doit respecter les bandes et enlever toutes les pierres qu’il pourrait faire rouler dans les semis. Par ailleurs, l’atelier de distillation doit être toujours placé à une centaine de mètres de distance de la forêt et seuls les bois morts gisants, impropres au commerce ou à l’industrie peuvent être utilisés comme combustible.
On limite parfois la cueillette de la population locale et celles des exploitants en rappelant que le ramassage est limité aux seuls terrains communaux  à l’instar de la bandite de l’Adrech à Belvédère. Durant les mois de juin, juillet, août et septembre, il est formellement interdit aux habitants de la Bolline de couper des produits affermés, pour litière, sous peine de tous dommages et intérêts vis-à-vis de l’adjudicataire.