Almanach

La Soupe du Saint Esprit à La Croix-sur-Roudoule 

La tradition de la Pentecôte au village de la Croix a traversé le temps et persiste de nos jours. Jadis les deux plus jeunes couples de l'année collectaient auprès de la population le blé qui servait à pétrir les fougasses et le pain. Les fougasses après avoir été bénies étaient pendant la messe distribuées en portions aux fidèles à la communion.

Parallèlement « les Novis » de l'année fournissaient les éléments nécessaires à la confection d'une soupe, faite de haricot, de riz et d'huile d'olive. Cette soupe cuite dans un chaudron de cuivre donnait lieu à tout un cérémonial qui conduisait la population en procession au « Saint-Esprit » où avait lieu la bénédiction des pains et de la soupe avant d'êtres distribués à l'assistance.Après les vêpres dans l'après-midi les mariés cherchaient les successeurs pour l'année suivante.

De nos jours, le village de La Croix-sur-Roudoule perpétue cette tradition. Pendant les festivités  le four communa est allumé et  toutes les cuisinères profitent de l'occasion pour préparer viandes, farcis, pissaladière, pizzas, tartes à la confiture, tartes au miel et aux noix, tourtes de blettes…

 
 
 

Eglantier

Eglantier
Usage: On a coutume de ramasser les fruits dès la première gelée passée pour en faire de la confiture. Mais dès l’automne, on engraissait les cochons avec les cynorhodons.

 

De nos jours, tous les interlocuteurs soulignent que le fruit est très riche en vitamine C. Plus anciennement, à Péone, M.B. se souvient que les fleurs d’églantier séchées étaient employées en tisane pour lutter comme le rhume. Mme D. dans le Val d’Entraunes précise que "l’infusion d’églantine" était donnée à boire aux bébés trop agités pour les apaiser : "Quand ils avaient trop chaud, quand ils avaient la fièvre, de ceci de cela..., aux enfants, on leur donnait des infusions de ce genre là, mais tout le monde pouvait en profiter. Tout le monde était soigné à la même enseigne. Mais enfin, les bébés, on leur donnait pas n’importe quoi ! "

 

Dans la Tinée, Mme B. se rappelle que " l’eau de rose", était utilisée pour se laver les yeux.

Pour atténuer la douleur générée par une dent gâtée ou cariée, M. G. à La Croix-sur-Roudoule mentionne un ver qui parasite l’arbuste. Situé au cœur d’une boule chevelue, ce ver était prélevé pour être placé au cœur de la dent abîmée.

Dans la Roudoule, le Haut-Var et la Tinée, avec son bois fendu en deux ou en quatre, on fabriquait des dents de râteau qui avec leurs souplesses ne cassaient pas facilement.

Dans la Tinée, les arbustes plus épais pouvait être transformés en fléau pour battre le blé, bien qu’ils fussent un peu lourds(1).

En vannerie, on se sert de l’églantier pour fabriquer les arceaux, le cercle et l’anse d’un panier.

M.P. ramasse quelques branches, après le 15 août "quand la sève est descendue", pour fabriquer des sifflets.

(1)ASSOCIATION DU MUSEE STEPHANOIS, Lous estèvés é las plantos. Les stéphanois et les plantes, Saint-Etienne-de-Tinée, 1999.


 

 

Nom français: Eglantier
Nom dialectal: "Agranié", "Agarancié", "Grata cùou"
Nom latin: Rosa canina L.
Famille: Rosacées