Genêt d’Espagne

Genêt d’Espagne
Usage:

Il croît sur les versants ensoleillés jusqu’à 900 m d’altitude, voisinant avec le genêt cendré. Robert Fournier, originaire de Puget-Rostang rappelle qu’en Provence, on l’appelle "petarello" à cause de ses crépitements lorsqu’il brûle. Jusqu’à la fin des années cinquante, on en récoltait les fleurs pour les parfumeries. Les adolescents et les enfants partaient à travers les genêts et saisissaient à la base un à un les longs brins entre le pouce et la main repliée et tiraient à eux ; la poignée de fleurs était déposée dans un sac attaché sur le ventre. A la longue, la peau des doigts finissait par s’écorcher, mais cela permettait de gagner quelques sous !

Paul Raybaut note dans l’Estéron que l’infusion des fleurs, ramassées entre mai-juin, était utilisée pour lutter contre les rhumatismes et la goutte (1).

Comme d’autres arbustes fleuris, les fleurs de genêt sont utilisées lors de la Fête Dieu. A La Croix-sur-Roudoule, Mme J. et d’autres enfants à l’époque "les épluchaient" pour envoyer en l’air le contenu d’un plein chapeau dans l’église au moment de l’Eucharistie.

Mme M. se souvient que les enfants l’après-midi précédant la Fête Dieu, quittaient l’école avec leur institutrice pour ramasser les fleurs de genêt et de roses, qu’ils jetaient le long de la procession.

(1)RAYBAUT Paul, Autoconsommation et société traditionnelle, Modèles culturels et dynamique social dans une vallée du pays niçois, Ecole des Hautes Etudes en Science Sociales, Paris, 1981.

Nom français: Genêt d’Espagne
Nom dialectal: "Ginèsta", "ginèstre" (Estéron) – Petarello, ginèsto dé provenço (Provence)
Nom latin: Spartium junceum L.
Famille: Fabacées