Tilleul

Tilleul
Usage: L’arbre a souvent été planté au cœur des villages à l’instar de Puget-Rostang. Les fleurs sont ramassées en juin sur les sites les mieux exposés et vers la fin de l’été dans le Val d’Entraunes. L’infusion accompagne fréquemment la veillée. Elle est connue pour faire dormir. Si l’infusion des fleurs est calmante, elle doit être peu concentrée et ne contenir pas plus de quatre inflorescences par tasse(1). A défaut, elle risque de produire des effets excitants, à la limite de l’énervement selon M. F. dans la Tinée.

Dans l’Estéron, Paul Raybaut note qu’elle a des vertus sudorifique et antispasmodique (2).

Dans la Tinée, elle fait office de sédatif pour les bébés. Dans le Val d’Entraunes, trois personnes mentionnent que l’on faisait des bains de tisanes aux petits pour les calmer. Le tilleul et la mauve sont  considérés comme des plantes adoucissantes que l’on donne plus particulièrement aux enfants malades comme l’évoque M. G. à La Croix-sur-Roudoule.

Combinée avec du miel, on évite un « coup de froid » et avec deux ou trois gouttes de teinture d’iode en plus, on lutte contre un rhume (3). Une autre recette rapportée par M. P. dans Tinée l’associe avec du rhum et du miel pour les mêmes effets tout « en chauffant un peu l'estomac ».

Plus originales sont les recettes notées par :

-         Paul Canestrier pour guérir une pleurésie : avaler de l’encens dans une tisane de tussilage, tilleul, bourrache, pied de chat. (4)

-         Le docteur Félix Gaymard, médecin à Châteauneuf-d’Entraunes vers 1865, qui pour soigner une ophtalmie fait une saignée du bras, ordonne des sangsues à la tempe, la diète, et une tisane de pissenlit, mauve et tilleul avec crème de tartre soluble, émétique en lavage. (5)

 
Léger, fin et tendre, son bois est très apprécié par les sculpteurs comme en témoigne le chef-d’œuvre de la Passion conservé à Puget-Théniers et attribué à Matthieu d’Anvers vers 1520.

Les inflorescences sont commercialisées. A Roure, entre les deux guerres, une entreprise grassoise en récoltait environ 300 kg (6). Par ailleurs, Mme B., à Belvédère se souvient que l’on vendait à Nice les produits des cueillettes comme le tilleul, le laurier et le genévrier.

 

(1) LANZA Catherine, Aspects phytothérapeutiques et toxicologie de la flore du parc national du Mercantour, Faculté de Pharmacie de Marseille (Université d'Aix-Marseille 2) - Thèse de doctorat sous la direction de Balansard Guy, Marseille, 1984
(2) RAYBAUT Paul, Autoconsommation et sociétés traditionnelles, Modèles culturels et dynamique social dans une vallée du pays niçois, Thèse d’Etat, EHESS, Paris, 1981.
(3) ASSOCIATION DES MUSEES STEPHANOIS, Lous estèvés é las plantos. Les stéphanois et les plantes, Saint-Etienne-de-Tinée, 1999.
(4) CANESTRIER Paul, Notes manuscrites de la Bibliothèque de Cessole, Nice, s.d.
(5) THOMASSIN Philippe -Le Docteur Félix Gaymard, dans Se soigner en Montagne, écomusée du Pays de la Roudoule, Puget-Rostang, 2003.
(6) CLAPIER-VALLADON & CLAPIER Victor -  "La mentalité paysanne face à la maladie l'exemple d'un village de la vallée de la Tinée : Roure ", dans Mentalités, sorcellerie, coutumes de Provence et du Comté de Nice, ed. Association Historique du Pays de Grasse/ tac Motifs, Grasse, 1994, p.134.
Nom français: Tilleul
Nom dialectal: Tillul (lou) (St-Etienne-de-Tinée) - tihu, tei,teullier (St-Etienne-de-Tinée) - tilhul [Vésubie] - tilhulièr ( lo) [lu tijylj'E] (Entraunes-Revest)
Nom latin: Tilia s.p.
Famille: Tiliacées