Navigation

Almanach

Pas d'évènement à visualiser
 
 
 

En 1702, la guerre de Succession d’Espagne éclate. Le souverain Victor-Amédée II voit Nice prise une nouvelle fois. Les fortifications de la ville sont démantelées en 1706. Louis XIV rattache judiciairement et fiscalement le comté de Nice à la France tout en lui laissant une relative autonomie. Les contributions financières imposées par les autorités françaises pour assurer l’entretien des troupes d’occupation sont particulièrement lourdes. Louis XIV impose au comté de nouveaux impôts français, la capitation et le dixième. Les communautés doivent contracter de nombreux emprunts et la ville de Nice est contrainte de gager l’argenterie des églises.

Le 11 avril 1713, le traité d’Utrecht met fin à huit années d’occupation du comté de Nice et Victor Amédée II est remis en possession de tout ce que la France lui a enlevé. La France et la Savoie échangent leurs vallées alpines selon les bassins versants.

La France reçoit celle de Barcelonnette et ses dépendances. La Savoie, acquière les vallées du versant italien : Pragélas, avec les forts d’Exilles et de Fenestrelle, d’Oulx, Sézane, Bardonache et Château-Dauphin  « de manière que la sommité des Alpes et montagnes serviront à l’avenir de limites entre la France, le Piémont et le comté de Nice, à son Altesse Royale de Savoie ».

Pour la première fois, le critère géographique de la ligne de crête est adopté pour fixer la frontière entre la France et le Piémont.

Cependant, les dépendances de Barcelonnette que sont Entraunes et Saint-Martin-d’Entraunes, posent des difficultés. Elles sont revendiquées par les deux parties.

 

 

Vue de Barcelonnette et portrait du Maréchal de Berwick qui obtient la cession définitive de la Vallée de Barcelonnette.

Les deux communautés sont rattachées administrativement à l’Ubaye devenue française mais elles sont séparées du chef-lieu, Barcelonnette, par une barrière montagneuse à peu près infranchissable en hiver. En 1718,  les accords de Paris rattachent finalement au Comté de Nice les communautés d’Entraunes et de Saint-Martin-d’Entraunes sur le versant méridional de la ligne de crête. En contrepartie la France hérite du Mas, point stratégique pour contrôler les circulations dans l’Estéron.


 La vallée de Barcelonnette conserve l’ensemble des privilèges et des franchises acquis au cours des siècles précédents. Elle est rattachée à la Provence avec un statut d’exception préservant son autonomie. Elle bénéfice de droits de douane spéciaux, et surtout d’exemption de taxe sur le sel, ce qui fait d’elle une plaque tournante de la contrebande du sel.