Navigation

Almanach

La Soupe du Saint Esprit à La Croix-sur-Roudoule 

La tradition de la Pentecôte au village de la Croix a traversé le temps et persiste de nos jours. Jadis les deux plus jeunes couples de l'année collectaient auprès de la population le blé qui servait à pétrir les fougasses et le pain. Les fougasses après avoir été bénies étaient pendant la messe distribuées en portions aux fidèles à la communion.

Parallèlement « les Novis » de l'année fournissaient les éléments nécessaires à la confection d'une soupe, faite de haricot, de riz et d'huile d'olive. Cette soupe cuite dans un chaudron de cuivre donnait lieu à tout un cérémonial qui conduisait la population en procession au « Saint-Esprit » où avait lieu la bénédiction des pains et de la soupe avant d'êtres distribués à l'assistance.Après les vêpres dans l'après-midi les mariés cherchaient les successeurs pour l'année suivante.

De nos jours, le village de La Croix-sur-Roudoule perpétue cette tradition. Pendant les festivités  le four communa est allumé et  toutes les cuisinères profitent de l'occasion pour préparer viandes, farcis, pissaladière, pizzas, tartes à la confiture, tartes au miel et aux noix, tourtes de blettes…

 
 
 

Mortier

Mortier
Nom dialectal: Mourtié
Utilisation:

Le mortier est utilisé pour la préparation à cru des aliments. Pour broyer ou malaxer les aliments à l'aide d'un pilon. Le récipient est taillé dans du marbre. Les bords sont moyens, de forme conique, le socle plat. Le mortier possède quatre "oreilles"

témoignage

"Le mortier est une pièce très importante dans une cuisine, les femmes l’utilisaient tous les jours, pour piler l’ail ou des noix, écraser un croûton de pain rassis, pour mettre dans une farce ou autre...Bref ! il est posé là, sur le buffet. » L’impôt n’est pas chose nouvelle ! Autrefois aussi on payait un impôt, il se réclamait autrement, se payait autrement, mais il fallait s’en acquitter! Or, il y avait des familles pauvres qui n’y parvenaient pas. Alors, venait « l’huissier » et s’il ne pouvait pas repartir avec la somme due, il saisissait le mortier et, à l’aide d’un petit marteau, frappait d’un coup sec sur une oreille qui cassait...
Vous imaginez la suite ! Pour cette famille, c’était la honte car, quiconque entrait dans la maison et voyait ainsi le mortier, savait que l’impôt n’avait pas été payé ! Mauvais payeur, traîne-misère...Certaines familles pouvaient ainsi perdre la confiance des gens du village. La misère n’épargne personne...»

Epoque: XIX e siècle
Provenance: Puget-Rostang
Materiaux: marbre
Dimensions: H : 13 cm Lg : 20,5 cm D : 18 cm
Mots clefs: alimentation - préparation à cru