PEINTURES

 

Retable du Précurseur
attribué Antoine Ronzen, 1524
église Saint Jean-Baptiste, Villars-sur-Var

l'histoire de ce retable nous est mal connue. Il était peut-être à l'origine destiné à la chapelle castrale de la famille des Grimaldi. Il est dédié à Saint Jean-Baptiste, dont la statue, oeuvre de Matthieu d'Anvers, a été déplacée au profit d'une Vierge à l'enfant du XVIIIe siècle. Les historiens de l'art attribuent le registre inférieur du retable à Antoine Bréa (saint françois d'Assise, sainte Claire, sainte Lucie, saint Honorat). Antoine Ronzen aurait réalisé la Déploration avec, de part et d'autre, saint Antoine de Padoue et saint Roch ainsi que le revers (Adoration des Mages, Couronnement de la Vierge et Fuite en Egypte)

Pour en savoir en plus : Kovalevsky Sophie, Antoine Ronzen dit "le vénitien" : itinérance en Provence, dans Artistes en chemin, ROUDOULE, Ecomusée en terre gavotte, Puget-Rostang, 2009, p.23-44

 

Retable Notre-Dame du Bon Secours
attribué Antoine Ronzen, 29 juillet 1525
église paroissiale de Puget-Théniers

Conservé dans l'église paroissiale de Puget-Théniers, ce retable provient de l'ancien couvent des Augustins dissout en 1783. Il évoque l'intercession de Marie auprès du Christ et du Christ auprès du Père à la demande d'un suppliant dont la tenue évoque un homme de justice. Puget-Théniers, au XVIe siècle a rang de viguerie.

L'œuvre datée du 29 juillet 1525 est attribuée à Antoine Ronzen. La vierge dite "Avocate" présente sa poitrine en faveur du donateur aguenouillé. Le Christe reposant sur le suppedaneum de la Croix présente nonchalement ses plaies. Sur cette dernière sont suspendus les instruments de la Passion. A droite en retrait se trouve la colonne de la flagellation au sommet de laquelle se trouve le coq en référence au reniement de Saint Pierre et trois dés qui ont servi au partage du manteau du Christ. Le paysage d’abord, en vue cavalière avec un horizon bas, décrit des promontoires portant des rochers escarpés entre lesquels serpente un large fleuve qui aboutit dans la mer.
Des armes non identifiées figurent dans l’écoinçon gauche, portées par un ange en pendant à celles de Savoie.
St. Nicolas-de-Tolentino, docteur de l'ordre des Augustins,  figure à la droite du Christ. Il porte un livre sur lequel on lit : « Precepta patris mei augustini servavi » (= je sers la règle de mon père spirituel Augustin). A gauche se trouve Saint Jacques surmonté par Saint Bernadin ayant renoncé par trois fois à devenir évêque comme l'indique les mitres. En haut à droite figure St Martin.

Pour en savoir en plus : Kovalevsky Sophie, Antoine Ronzen dit "le vénitien" : itinérance en Provence, dans Artistes en chemin, ROUDOULE, Ecomusée en terre gavotte, Puget-Rostang, 2009, p.23-44

Commander le topoguide "Puget se raconte"

 

Polytique de Saint Sébastien
Andrea de Cella, 1516
Chapelle Saint Sébastien et Saint Roch, Saint-Martin d'Entraunes

Le chevet porte une peinture murale dédiée à saint Sébastien réalisé par Andrea de Cella. Ce peintre originaire de Finale-Ligure s'est établi à Roquebrune.  Les commenditaires ont pour noms Arnaud et Tolosan. Saint Sébastien est encadré au registre principal par Saint Roch et sainte Brigitte d'Irlande surmonté de Saint Antoine de Padoue et sainte Hélène. Au registre supérieur, la Crucifixion sépare les protagonistes de l'Annnonciation. Le polytique est animé par une architecture en trompe-l'oeil intégrant pilastres et corniches à modillons. On remaque que les auréoles de Saint Antoine et Sainte Brigitte débordent du cadre tout comme les ailes et le phylactère de l'Archange Saint Michel.

 

 

Fresque de la salle des délibérations de l'ancienne mairie, actuelle médiathèque de Puget-Théniers
Louis Dussour, 1965 

D’abord élève à l’école des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand, Louis Dussour ne se sent attiré par la fresque que plus tard, dans l’atelier parisien de Paul Baudoin.  Sa renommée commence en 1937 avec les immenses fresques du pavillon du Massif central à l’Exposition internationale de Paris. En 1943, il revient à Clermont-Ferrand comme directeur de l’école des Beaux-Arts. Dans cette ville, Les architectes Valentin Vigneron et André Verdier l’associent fréquemment à la réalisation d’hôtels particuliers. La majorité de ses œuvres sont toutefois d’inspiration religieuse. Les fresques des chapelles de l’évêché, du collège Massillon(1939) et du lycée Godefroy de Bouillon (1940), des églises Saint-Genès-les-Carmes (1942) et Saint-Eutrope (1945) figurent parmi les plus remarquables.

L’année 1948 marque un tournant dans l’œuvre de Louis Dussour. Il devient directeur de l’École nationale des arts décoratifs de Nice et rencontre Matisse, Cocteau, Chagall, Picasso... On lui doit la fresque de la salle des Mariages de Levens dédiée à André Masséna (1958), la façade de la C.P.A.M. de Menton et  la fresque de la salle des délibérations de Puget-Théniers (1965) dédiée aux hommes illustres de la ville. Auguste Blanqui, y figure sur les barricades de la Révolution de 1848, alors qu'il était emprisonné. Nommé en 1967 directeur de l’école des Beaux-Arts de Bourges, il quitte définitivement l’enseignement en 1971. Il meurt à Riom en 1986. Son style,que certains qualifient de naïf, est emprunt de douceur bien que les couleurs soient très vives.

source : Louis Dussour, peintre fresquiste 1905-1986. Catalogue de l'Exposition du Conseil général, Clermont-Ferrand, 1997.

Commander le topoguide "Puget se raconte