Navigation

Almanach

24 août 1682 : Incendie de Guillaumes

En 1682, Guillaumes est une importante place forte à la croisée entre Colmars et Entrevaux sur frontière française. La forteresse est occupée en permanence par deux compagnies qui disposent également de casernements dans le village. Un incendie éclate dans la nuit du 24 août 1682. Fort heureusement il  fut circonscrit par l'action conjuguée des soldats et des villageois. Un ex-voto, nous donne un aperçu tragique de cet incendie accidentel.

De la citadelle, on voit les soldats acccourir aidant la population à noyer les flammes, à sauver les vieillards et les malades. Au premier plan "on sauve les meubles" et  les ballots de linge, on dirige et on se désespère…  Au centre on se focalise sur la prière pour obtenir l'intercession de St Barthelemy auprès de la Vierge.

La ville fut épargnée et les Guillaumois y virent le fait de l'intervention mariale. Ils lui dédièrent ce tableau et les consuls firent le vœu, au nom de la population, d'aller tous les ans le 24 août en procession d'actions de grâces au sanctuaire de Notre-Dame de Buey.

Proverbe du 24 août

San Bourtoumiéou bouto l'aiga au riou.

Saint-Barthelemy met l'eau au ruisseau.

(La pluie arrive un peu tard)

 
 
 
#ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Plantes

L'approche ethnobotanique de l'Ecomusée s’inscrit dans le cadre de son projet culturel et scientifique. Il s'agit d'étudier et faire connaître les modalités d’appropriation, de mise en valeur et d’exploitation des ressources du territoire.

Depuis 2010, Philippe Thomassin (Chargé de recherches Roudoule) et Elise Bain, ethnobotaniste associée aux recherches du Centre Départemental Ethnologique de Salagon, travaillent dans le cadre du Plan Intégré Transfrontalier (P.I.T. : Parc National du Mercantour et Parco delle Alpi Marittime). L'enquête ethnobotanique ("domaine des recherches couvrant les relations entre les civilisations et les sociétés humaines et le monde végétal" Jacques Barrau ) couvre la zone élargie du Mercantour (zone d'adhésion) et rassemble une soixantaine de témoignages oraux. Des recherches en archives complètent l'étude. Un ouvrage est à paraître d'ici début 2013.

 

AVERTISSEMENTS !

Les informations rapportées dans les pages suivantes sont issues de témoignages oraux dans le cadre d'une enquête ethnobotanique. Il ne s'agit en rien de prescriptions médicales !

 

● Certaines espèces présentées font l'objet de mesures de protection à différentes échelles territoriales. D'autres sont très ressemblantes à des plantes très toxiques ! Soyez très vigilants.