Navigation

Almanach

23 janvier 1734, naissance de Jean-Pierre Papon, "historiographe de la Provence"

Jean-Pierre Papon voit le jour à Puget-Théniers le 23 janvier 1734. Après ses premières études faites à Nice, puis Turin pour apprendre la philosophie, il rentre dans la congrégation de l’Oratoire à Aix-en-Provence à l’âge de 18 ans en 1752. Il devient enseignant  successivement à Marseille, Riom, Nantes et Lyon…et  c’est durant cette période qu’il rédige  « L’art du poète et de l’orateur » qui sera réédité cinq fois jusqu’en 1811.

En 1780, il remplit avec succès une mission diplomatique à Turin avant d’être nommé conservateur de la bibliothèque de Marseille. Il y achève son œuvre débuté dans les années 1770 : « l'Histoire Générale de Provence » en quatre volumes. La protection qu’il acquiert du Comte de Provence, frère de Louis XVI, lui permet de réaliser de cette somme monumentale et l’un des premiers guide de découverte touristique : le « Voyage littéraire en Provence ». Il quitte l’Oratoire en 1784 et réside à Paris. La Révolution le prive des fruits de ses travaux et des bienfaits qu'il tenait de l'Ancien Régime. Il se réfugie dans le Puy-de-Dôme après les massacres de septembre 1792, et ne revint dans la capitale que du temps du Directoire. Il mettait la dernière main à l'Histoire de la Révolution qui va jusqu'au 18 brumaire (8 novembre), lorsque le 15 janvier 1803 une attaque d'apoplexie l'enlève subitement aux lettres et à ses amis.  Cet ouvrage sera publié par son frère Sylvestre-Antoine également oratorien auquel on doit le « Voyage dans les Alpes-Maritimes » publié en 1804.

 
 
 

Thym

Thym
Usage:

Cette plante aromatique entre dans la composition de nombreux plats et sauces que nous ne détaillerons pas ici. Plante odorante, elle a été utilisée pour les fumigations avec des sarments de vignes et de lavande, notamment à Puget-Théniers en 1835 pour se prémunir du choléra. Nos interlocuteurs la qualifient d’ailleurs de désinfectante et d’antiseptique.

Elle pousse jusqu’à 2000 m d’altitude selon l’exposition mais dans la Tinée, on ne la trouve pas plus haut que Saint-Sauveur.

Plusieurs personnes recommandent la tisane de thym en cas d’indigestion. Ce breuvage permet également de lutter contre les rhumes. Pour le guérir, le thym peut s’associer avec d’autres plantes. M. G. se souvient qu'à Valdeblore : "L’hiver on faisait une tisane, qu’on faisait dans une marmite que l’on laissait sur le derrière du poêle. Alors, là dedans, on y mettait du thym, des pelures de pommes reinettes, de la mauve, des bourgeons de ronce et des choses comme ça et puis on faisait cuire ça. Et on le laissait même cuire longtemps et ça faisait une tisane qui était presque marron rouge et on prenait ça avec du miel." On lutte ainsi efficacement contre un refroidissement.

Mme B. à Châteauneuf d’Entraunes l’évoque associé avec de la sarriette pour soigner les affections respiratoires ou tout simplement pour parfumer la maison.

La tisane est servie indifféremment aux hommes et aux bêtes en cas d’indigestion ou de « grippe » comme le rappelle M. B. à Péone. M. L. à Saint-Martin-d’Entraunes mentionne qu’on en donnait à manger aux lapins quand ils tombaient malades.

Comme d’autres plantes odoriférantes, le thym est ramassé aux profits de distillateurs qui s’établissent temporairement avec leurs alambics. Et selon Emmanuel-François : "avec d’autant plus d'avantage qu'ils y trouvent le combustible à vil prix"(1).

 

(1) FODERE Emmanuel-François, Voyages aux Alpes Maritimes, Strasbourg, 1821 p.386-387.

Nom français: Thym
Nom dialectal: Férigoulo, férigouletto (Roudoule) - farigoulo (la), farigouleto (la) (Vésubie) - la férigoule (Valdeblore, Roudoule) - farigoule (Saint-Martin de Vésubie) - lou tin (Venanson)
Nom latin: Thymus vulgaris L
Famille: Lamiacées