Almanach

23 janvier 1734, naissance de Jean-Pierre Papon, "historiographe de la Provence"

Jean-Pierre Papon voit le jour à Puget-Théniers le 23 janvier 1734. Après ses premières études faites à Nice, puis Turin pour apprendre la philosophie, il rentre dans la congrégation de l’Oratoire à Aix-en-Provence à l’âge de 18 ans en 1752. Il devient enseignant  successivement à Marseille, Riom, Nantes et Lyon…et  c’est durant cette période qu’il rédige  « L’art du poète et de l’orateur » qui sera réédité cinq fois jusqu’en 1811.

En 1780, il remplit avec succès une mission diplomatique à Turin avant d’être nommé conservateur de la bibliothèque de Marseille. Il y achève son œuvre débuté dans les années 1770 : « l'Histoire Générale de Provence » en quatre volumes. La protection qu’il acquiert du Comte de Provence, frère de Louis XVI, lui permet de réaliser de cette somme monumentale et l’un des premiers guide de découverte touristique : le « Voyage littéraire en Provence ». Il quitte l’Oratoire en 1784 et réside à Paris. La Révolution le prive des fruits de ses travaux et des bienfaits qu'il tenait de l'Ancien Régime. Il se réfugie dans le Puy-de-Dôme après les massacres de septembre 1792, et ne revint dans la capitale que du temps du Directoire. Il mettait la dernière main à l'Histoire de la Révolution qui va jusqu'au 18 brumaire (8 novembre), lorsque le 15 janvier 1803 une attaque d'apoplexie l'enlève subitement aux lettres et à ses amis.  Cet ouvrage sera publié par son frère Sylvestre-Antoine également oratorien auquel on doit le « Voyage dans les Alpes-Maritimes » publié en 1804.

 
 
 

LES JOURNÉES DE L’ÉCOMUSÉE

 

Plusieurs fois dans l'année, l'équipe de l'Ecomusée vous convie aux plaisirs de la vue et du goût, de l'initiation et de l'apprentissage. Consultez l'Agenda ou la page d'accueil pour connaître les actualités.

 

Salades sauvages (mars ou avril)

"Il faut cultiver son jardin" mais aussi son sens de l'observation. Apprenez à repérer et reconnaître les pousses de printemps. Bon nombre sont comestibles et constituent des salades plus ou moins douces, bien connues des anciens. Promenade en situation, exposé, repas.

 

Le premier mai

Instituée "journée de l'Ecomusée", retrouvez chaque année toute l'équipe de l'Ecomusée et ses adhérents pour un rassemblement festif. C'est aussi l'occasion d'inaugurer chaque nouvelle exposition temporaire. L'Ecomusée est accessible gratuitement à cette occasion pour tous les publics.

 

Roudoule distille ! Journée lavande (fin juillet ou début août)

Depuis 1986, l'Ecomusée consacre une journée à la lavande fine (lavandula vera), cette lavande sauvage que l'on trouve au Plateau de Dina notamment. Quelques jours avant "la journée", une équipe "pèle" la lavande (le pelage de la lavande), c'est-à-dire la coupe, armée d'oulames (faucille). Le produit de la coupe est placé dans une toile portée en bandoulière, le buscaï.

La journée s'articule autour de la distillation des brins ramassés pour produire de l'essence de lavande fine (en vente en boutique de l'Ecomusée). Des animations sont proposées aux plus jeunes (confection, exercice de l'odorat sur des plantes aromatiques, etc), une conférence est programmée sur le thème des plantes aromatiques (métiers, parfums, botanique, agriculture, etc). Un déjeuner traditionnel de pâtes à la sauce de menthe et glace à la lavande partage cette journée.

 

En savoir plus sur la distillation.

 

Nuit des étoiles (début août)

Le ciel très pur de la Roudoule engage à la rêverie nocturne. L'Ecomusée souhaite aller plus loin vers les étoiles avec le concours de l'association SPICA. Animations pour les enfants, soupe au pistou, observation solaire puis des étoiles au téléscope font de cette soirée et de cette nuit l'une des plus appréciées des rencontres de l'Ecomusée.